Lundi 17 novembre 2014 1 17 /11 /Nov /2014 08:05

index-copie-2.jpg Quand tu vieillis, tu découvres des trucs nouveaux. Des expériences inédites que tu n'avais jamais vécues auparavant (et dont tu te serais finalement bien passé). C'est ce qui m'est arrivé la semaine dernière. Pour la première fois de ma vie, j'ai fait un "fond de l'oeil". Pour toi, lecteur de moins de 30 ans, laisse moi t'expliquer ce que c'est : quand on prend de la bouteille, il faut surveiller sa vue. Et pour voir ce qui se passe tout au fond de l'oeil et vérifier qu'il n'y a pas de glaucome (je n'ai aucune idée de ce que cache ce mot barbarre, je ne fais que répéter les explications de mon ophtalmo. D'autres seraient allés faire des recherches sur doctissimo, mais l'expérience m'a démontré qu'il vaut mieux parfois ne pas en savoir trop : ça ne règle pas le problème et ça vous évite de stresser pour rien), le médecin met des gouttes dans l'oeil pour dilater la pupille. C'est rapide et tout à fait indolore. Du moins en théorie.

 

index.png Bref, il est 18h, j'arrive dans le cabinet d'ophtalmologie. Le médecin m'a prévenue : mieux vaut faire ça en fin de journée... Je m'installe et le médecin me met quelques gouttes de je-ne-sais-quoi dans chaque oeil et me laisse retourner dans la salle d'attente pendant une petite demi-heure. Au début, il ne se passe rien. Mais petit à petit, je trouve la lumière très aveuglante, limite douloureuse... Je repasse dans le cabinet du médecin, qui me regarde les yeux sous toutes les coutures en m'illuminant les pupilles avec une lumière très forte qui me fait pleurer. Le verdict tombe : tout est parfait, vous pouvez rentrer chez vous. Et contrairement à ce que je pensais, le pire était encore à venir. Ah oui, j'vous ai pas dit : je suis myope. Mais pas myope un p'tit peu, non : je suis myope du genre à ne même pas me voir dans le miroir quand je ne porte pas mes lunettes. Alors traverser Paris à l'aveugle, sans lentilles et totalement éblouie par la moindre lumière, je me doutais bien que ça ne serait pas du gâteau. Ma chute en me prenant les pieds dans le paillasson du hall de l'immeuble de l'ophtalmo m'a bien fait comprendre que le chemin serait long.

 

index-copie-3.jpg Je réussis par miracle à attraper le bus qui me récupère devant la porte pour me déposer, normalement, juste en bas de chez moi, au terminus de la ligne. Mais évidemment, les choses ne se sont pas passées ainsi. Oui, normalement, quand tu montes dans le bus direction truc-bidulle, tu te dis que le véhicule s'arrêtera à la station truc-bidulle. C'est peut-être comme ça dans les autres autobus, mais dans le 83, les choses ne se passent pas comme ça. Profitons de l'occasion qui nous est donnée pour adresser un petit message à la RATP : quand je sors du bureau, le soir, après une longue journée épuisante, j'ai juste envie de rentrer chez moi le plus vite possible. Alors quand mon bus arrive, je suis contente. Mais quand, de manière totalement imprévisible, le chauffeur s'arrête en plein trajet et annonce un tonitruant "terminus, tout le monde descend", j'avoue que c'est super dur. Surtout quand ça se produit 2 à 3 fois par semaine. Surtout quand le bus suivant est dans un quart d'heure. Surtout quand il pleut. Et surtout quand ça vous fait le coup deux fois de suite, le même soir (3 bus pour rentrer chez moi, j'avoue que j'ai trouvé ça un peu dur)...

 

index-copie-4.jpg Et manque de chance, ce soir-là, alors que j'étais littéralement aveugle, le bus s'est arrêté à une dizaine de stations de chez moi. Frigorifiée et déprimée à l'idée d'attendre le bus suivant une vingtaine de minutes en subissant le harcèlement de ce vieux mec qui avait commencé à me draguer dans l'autobus (impossible de vous dire à quoi il ressemblait, mais je ne peux pas comprendre qu'il ait essayé ne serait-ce qu'une minute de lier contact avec une aveugle aux pupilles dilatée comme une junkie), j'ai décidé de rentrer à pieds. Toute seule. sans rien voir d'autres que des taches lumineuses. Même que j'ai remonté les Champs Elysées. C'est un miracle qu'il ne me soit rien arrivé...  

Laisser un commentaire - Lire les 2 commentaires

Me contacter par mail

Sur place

Vous êtes   5   personne(s) en ligne

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés