Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 18:40

Une étude publiée récemment a montré que le fait de se marier entraînait une quasi-inévitable prise de poids. Alors forcément, six mois après avoir dit « oui », je commençais à m’inquiéter un peu pour Cielmonmari et moi... A force de cocooner à la maison, à mijoter de bons petits plats (avec BEAUCOUP de beurre évidemment, sinon ça n’a pas de goût) et à roucouler, on commençait à faire du gras. Alors nous avons décidé de prendre une mesure radicale : on s’est inscrit à la salle de sport. Je sais, vous en êtes babas (au rhum. Ok, blague de merde. Je sors).

Bon, en fait, c’est un peu plus compliqué que ça : outre le fait que je commençais à me sentir un peu serrée dans mon « jean test » (vous savez, celui qui vous va parfaitement et qui vous permet d’évaluer à coup sûr les évolutions de votre silhouette), il se trouve que ces derniers temps, j’ai été un peu stressée au boulot. Même qu’il y a un ou deux (et même plus) connards que j’ai eu envie de physiquement dégommer. N’étant pas d’une nature violente (bien au contraire, je suis plus pour une vengeance lente et douloureuse que pour les corrections physiques), je me suis dit qu’un peu de sport – histoire de produire quelques endorphines et de me défouler un peu – ne pourrait pas me faire de mal. En plus, il se trouve qu’un club de sport super chouette, situé à moins de 4 minutes de chez moi (argument imparable : si la salle de sport est à plus de 500 mètres de la maison, je sais que je n’irai jamais. Expérience vécue). Cerise sur le gâteau, il y a justement une promotion sur l’abonnement. Et comme bien sûr, il fallait quelqu’un pour me mettre un coup de pied au cul les jours de grosse flemme, j’ai inscrit Cielmonmari avec moi. Il a signé pour le meilleur et pour le pire, ne l’oublions pas...

Samedi matin, nous voici donc en mode Véronique et Davina, prêts à en découdre. Car pour notre première fois, on a mis la barre très haut : ce matin, on commence le Body combat. J’aurais peut-être dû regarder un peu plus attentivement en quoi cela consiste : pour faire court, c’est le sport le plus violent proposé dans cette salle. Pendant une heure, tu te prends pour Rocky, en donnant des coups de poing, de pied, de coude, de genou, de tout ce que tu veux. Ca pour défouler, ça défoule... Déjà quand tu commences, t’es tout de suite dans l’ambiance. Les habitués du cours ont sorti leur attirail : tee-shirt en matière anti transpirante et surtout, les gants pour protéger les mains et les phalanges. Jusque-là je comprends qu’on porte des gants pour boxer, mais quand on tape dans le vide, l’utilité de porter des protections me semble déjà plus limitée. Je suis même sûre qu’il y a un ou deux balèzes qui portaient une coquille. Sans commentaire.

Le cours commence : visiblement, tout le monde connaît bien la chorégraphie. Les participants frappent, kickent, tapent, punchent... Je passe à 3000 pulsations minutes et ai l’impression que mon cœur va sortir de ma poitrine. Je regarde mon chéri : il est rouge comme une tomate et semble prêt à défaillir. Il abandonne au bout de 20 minutes. Je tiens bon. Les élèves commencent maintenant à accompagner leurs mouvements de cris tribaux (« fight ! fight ! fight ! fight ! ») : je ne sais même pas comment ils font, moi j’essaie juste de ne pas décéder. Après une séance longue, trèèèèès laborieuse, j’ai tout de même la satisfaction de me dire que je l’ai fait. J’ai tenu le coup. Sur le moment, j’étais très fière de moi (et j’ai même un peu chambré Chéri-qui-n-avait-tenu-que-20-minutes). Le lendemain, je faisais moins la maline : pour la première fois de ma vie, je me suis réveillée en pleurant de douleur. Les jours suivants ont été éprouvants.

Mais la semaine suivante, on y est retourné. Et Chériki a tenu 25 minutes (wow) et je me suis moquée parce que moi ça allait... Et la semaine suivante, on a décidé de faire un cours de Power sculpt, moins physique, plus cool. Et Chériki a fait ça tranquillement. Et moi j’ai souffert comme une vieille bique et j’ai vraiment eu du mal à suivre : et Chériki s’est bien vengé en se moquant de moi à son tour... C’était mérité. Autant dire que j'appréhende le prochain cours.

 

PS : désolée pour l'absence totale d'images ces derniers temps : le nouvel Overblog étant une merde sans nom, impossible de faire ici ce que je voudrais. Dès que j'ai un peu de temps, je m'occupe de faire migrer le blog ailleurs, histoire de ne plus me retrouver bloquée !

Partager cet article

publié par Mado - dans Paris
commenter cet article