Jeudi 4 septembre 2014 4 04 /09 /Sep /2014 18:45

index-copie-92.jpg J’ai des amies extraordinaires. Non pas que je ne m’en doutais pas déjà auparavant (on a les amis qu’on mérite, donc forcément, les miens sont fantastiques...), mais j’avoue que le week-end dernier, j’ai réalisé la chance que j’avais d’être entourée par des personnes aussi formidables. Car ce week-end, nous avons enterré ma vie de jeune fille... Je ne suis pas forcément fan de cette tradition anglo-saxonne qui consiste à ridiculiser la future mariée, l’obliger à porter des accessoires vulgaires ou des oreilles de Bunny et à se faire virtuellement violer par un stripteaseur orange et huilé. En revanche, j’aime bien l’idée de passer un peu de temps avec ses amies les plus proches, histoire de se faire des chouettes souvenirs et de permettre aux unes et aux autres de se rencontrer avant le mariage. Et bien je dois dire que mes amies ont bien compris ce que j’aimais et n’aimais pas et m’ont concocté un EVJF aux petits oignons.Ndlr : pour les non-initiés, l’EVJF est le sigle nationalement utilisé pour « Enterrement de Vie de Jeune Fille » (l'adaptation française de la "bachelorette party"). Rassurez-vous, avant d’avoir des amies en âge de convoler, je n’avais aucune idée de ce que signifiait cet acronyme barbare (que je n’avais par ailleurs même jamais entendu). Dorénavant, il fait partie de mon quotidien. A l’instar de son équivalent masculin, l’EVG. A ne pas confondre avec IVG, of course.


images-copie-57.jpg En tant que reine de la fête (car c’est bien là le principe), je m’étais permis un petit caprice : fixer moi-même la date de mon EVJF. Tout simplement parce qu’à l’époque, je travaillais le week-end et que je ne voulais pas me trouver dans une situation compliquée. Je me doute que le dernier week-end du mois d’août n’est sans doute pas la meilleure date, mais personnellement, ça m’arrangeait vachement. Donc vendredi soir, à la sortir du boulot, mes copines sont venues me chercher, avec dans leurs bagages, une petite surprise fraîchement débarquée du Brésil (Lulu, citoyenne du monde, qui a vécu dans 6 pays en 4 ans, ne passe pas 2 semaines de suite sur le même continent et parle tellement de langues que son CV doit faire 12 pages) et nous voilà parties direction... le Mama Shelter.

 

index-copie-93.jpg Et là, j’ai vu débarquer une par une mes super copines. On a bien bouffé, j’ai eu droit à mon couvre-chef ridicule (mais soft, donc ça va... Et puis la couronne de reine, j’avoue que ça me va plutôt bien. Il n’y a pas que Kate Middleton qui a une tête à couronne, non mais !), on a joué au baby-foot géant (j’aime pas perdre, alors évidemment on a gagné) et pouf, minuit, Cendrillon est rentrée se coucher. Parce que le week-end ne faisait que commencer.


images-copie-58.jpg Samedi, après le déjeuner, direction les bords de Seine pour une virée... en bateau ! Je suis une amoureuse de Paris et mes copines ont eu la brillante idée de m’organiser une « cruise on the river ». Mais attention : pas la virée en péniche avec 200 touristes. Non, là, on a un bateau privatif, avec des gros fauteuils bien moelleux, un bar, le Champagne qui coule à flots et la musique à fond. Et bien moi je vous dis, Paris, vue sous cet angle, c’est encore plus la plus belle ville du monde. Alors de cette amusante croisière je garderai de beaux souvenirs : la rencontre inopinée avec une bande de nos potes de Londres de passage à Paris pour un EVG, Cloclo, Britney, Abba, les chansons juives, les copines qui dansent, et la pâte à prout bleue qui a fini dans la Seine (repose en paix, Pataprout... You’ll be missed...).


images-copie-59.jpg Après cette vivifiante promenade fluviale, nous n’avons que le temps de rentrer nous changer (non sans en avoir perdu une en cours de route : le Champagne, ça tape...) avant de repartir pour la suite. J’ai sorti le bustier à paillettes et oublié mon portable : la soirée ne peut être que surprenante. Et elle le fut. Le taxi nous attend en bas : d’extérieur, c’est un simple taxi comme on en a pris 1000 fois, mais c’est bien mal connaître mes copines. J’ouvre la porte du taxi et là, la surprise : le « taxi karaoké », j’avais jamais fait. Et nous voilà parties, direction l’inconnu (pour moi en tout cas), musique à fond et micro branché avec effet écho spécial « DJ de province tout le monde est chaud ce soir ». Dans la voiture, 4 nénettes prêtes à chanter du Cloclo, du Briney et autre Abba (vous noterez l'éclectisme de mes goûts musicaux). « Allez Mickaël, monte le son !!! Mets des chansons qui mettent le feu ». Réponse de Mickaël, notre chauffeur slash DJ : « ah mais je n’ai que des chansons d’amour ». Va pour les chansons d’amour. On a eu « Et maintenant que vais-je faire » et « L’encre de tes yeux » (vous savez, la chanson ambiance déprime qui commence par « puisqu’on ne vivra jamais tous les deux »...). Mickaël était fan de Cabrel : même qu’il nous l’a mis en espagnol. Même qu’on a « chanté » en « espagnol » (notez les guillemets). Mais le taxi s’arrête devant un restaurant : Mickaël descend du véhicule et nous ouvre la porte en nous chantant la sérénade. La classe quoi. Je suis fan.


images-copie-60.jpg L’ambiance du lieu : 100% musique, 100% karaoké, 100% EVJF. Le principe est simple : le sous-sol du restau est aménagé avec de grandes tables. Une par EVJF. Pendant le dîner, Blind test (une manche musique internationale / une manche musique française), et on finit par un karaoké et de la musique pour danser. En découvrant les autres tables, je me dis que mes copines sont les plus belles, les plus drôles et les plus classes (et je les remercie mentalement de ne pas m’avoir imposé de déguisement ridicule). Mais la battle entre les tables commence : je motive ma troupe : « les filles, vous faites comme vous voulez, mais on gagne ce blind test ». On a tout donné. Et on a gagné. Les deux manches. Il faut dire que mes copines sont ultra complémentaires : entre Dawn et Cha qui connaissent super bien la musique internationale et Charlotte et moi qui sommes imbattables en musique française ringarde (oui, j’ai reconnu Pierre Bachelet avec seulement une note...), on n’a fait qu’une bouchée des autres équipes.


images-copie-62.jpg Fin du dîner / fin du jeu : victoire écrasante de mon équipe. Suis fière (j’aime pas perdre, je vous l’ai déjà dit !). Mais la soirée ne s’arrête pas là. Si mes amies ont eu la gentillesse de m’épargner le show du stripteaseur, il n’en est pas de même pour une autre bride-to-be, qui se retrouve installée sur une chaise avec un faux pilote bodybuildé et huilé en train de se frotter à elle. D’abord habillé, puis en slip, puis en string, puis tout nu. Voilà voilà. Les surprises de la vie. Le plus étonnant étant de voir ce même stripteaseur ressortir une heure plus tard du club, sans huile, sans fond de teint, sans autobronzant, habillé comme tout le monde et avoir l’air d’un vieux (plus très) beau...


index-copie-94.jpg Retour maison – dodo. Petit brunch tranquillou le lendemain (avec une légère touche EVJF : qui aurait pu imaginer qu’il existait des moules à gâteau en forme de pénis ? Certainement pas moi... La verge en quatre-quart au citron était délicieuse...). Bref un week-end parfait, absolument inoubliable... Alors un IMMENSE merci à (dans l’ordre d’apparition dans ma courte vie) ma sœur (la plus drôle du monde, avec qui je me fends la poire où qu'on aille et quoi qu'on fasse), Sarah (qui ne change pas depuis ses 7 ans, à croire que le temps glisse sur elle comme l’eau sur les plumes d’un canard), Fleur (la photographe new-yorkaise so cool avec qui je partage une passion sans borne pour Miss Fine, notre idole), Cha (reine de l’organisation et championne de pole dance même sans pole – un mur suffit), Charlotte (la meilleure cuisinière du monde : même moi, avec tout le mal que je me donne, je fais pâle figure à côté d’elle), Lulu (la grande baroudeuse qui m’a fait découvrir les wurst dans un restaurant improbable du fin fond de l’Allemagne), Dawn (Blonde, marrante, mère de 2 enfants ET capable de parler chiffon avec ses copines des heures au téléphone : mon grand espoir sur la maternité, quoi) et Daf Ding (ma super collègue qui cache un rice cooker dans son bureau et joue toute la journée avec son manaki-neko) !!!!!!!

Laisser un commentaire - Lire les 6 commentaires

Me contacter par mail

Sur place

Vous êtes   10   personne(s) en ligne

Vous disiez ?

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés