ABC


Mardi 3 janvier 2012 2 03 /01 /Jan /2012 08:05

Avalanche : chute de neige pouvant avoir des conséquences désastreuses sur la vie des skieurs qu’elle emporte. D’où la principale préoccupation des pisteurs et de Catherine Laborde, miss Météo sur TF1 depuis la création de la chaine (« attention au risque d’avalanche »). Les habitués reconnaitront le bruits des avalanches déclenchées artificiellement chaque matin sur les pistes par les artificiers avant l’arrivée des skieurs.


Bâton : accessoire indispensable pour la pratique du ski, rendu célèbre grâce à une réplique culte du film les « Bronzés font du ski » : « Le planté de bâton ne va pas du tout Monsieur Duss », auquel il convient de répondre « je vais te le planter, moi, le bâton ».


Chaussures : objet de torture que doivent enfiler tous les skieurs avant de chausser leurs skis. La chaussure de ski est difficile à enfiler (surtout pour des pieds un peu larges et des mollets épais), compliquée à fermer, douloureuse à porter, et désagréable à enlever. Sans parler de la démarche particulièrement inesthétique et bruyante qu’elle donne à toute personne qui essaie de marcher avec ses chaussures de ski.


Dérapage : technique de ski permettant de se tirer des situations compliquées sur les pistes : plaques de verglas, grosses bosses, mur de glace… La moindre situation de blocage peut se résoudre par un « vas-y, descends en dérapage ».


ESF : Ecole de Ski Français, connue essentiellement pour ses moniteurs très beaux, vêtus de leur traditionnelle combinaison rouge. Dans la réalité, la plupart des professeurs s’appellent Bernard ou Georges, ont 50 ans et sont menuisiers ou charpentiers en été, et professeurs de ski en hiver. Mais la légende du prof de ski jeune et bronzé perdure…


Forfait : abonnement payant permettant au skieur d’utiliser les remontées mécaniques du domaine skiable. Le forfait représente un important pôle de dépense. A noter : autrefois, le forfait était une carte, avec photo d’identité, souvent vilaine, qu’on attachait à son bras ou qu’on accrochait à un habile système de fil rembobinable, et qui devait être présentée à chaque remontée mécanique. Aujourd’hui, le forfait est une puce magnétique qu’on garde dans sa poche et qui ouvre automatiquement un portillon. Une avancée technologique qui a causé la disparition du métier de vérificateur de forfait.


Gant : vêtement de protection des mains, permettant d’éviter les engelures causées par le froid et la neige. Si les gants sont censés se porter en permanence, on en retrouve des quantités astronomiques sous les télésièges, où les skieurs maladroits les ont perdus alors qu’ils profitaient de quelques minutes de tranquilité pour fumer une cigarette, écouter leurs messages ou remettre de la crème. Une seule solution pour éviter la chute de gant : investir dans une paire munie de dragonnes, attachées en permanence au poignet.


Hot dog : saucisse glissée dans un morceau de pain imbibé de ketchup et de moutarde, le hot dog constitue la nourriture de base du skieur pauvre qui veut déjeuner sur les pistes. L’option restaurant d’altitude étant beaucoup trop onéreuse (5 euros le Coca / 20 euros le plat de pâtes), de nombreux snacks proposent une restauration rapide et « bon marché » : le Coca à 3 euros et le hot dog à 6 euros.


Imperméable : qualité première et indispensable d’une combinaison de ski. Une tenue qui laisserait passer la neige, et donc l’eau, est la garantie d’attraper une pneumonie et de vivre un véritable calvaire sur les pistes.


J’y vais mais j’ai peur : autre réplique choc du film « Les bronzés font du ski », un incontournable du cinéma français que les amateurs de ski citent régulièrement sur les pistes, pensant être les seuls à avoir eu cette idée de génie. Cette réplique culte de Josiane Balasko se complète avec «la neige, elle est trop molle pour moi ».


Kirikou : l’un des nombreux exemples de noms ridicules donnés aux différentes pistes de ski. Palme d’or de l’originalité à une piste bleue appelée, tout simplement, « Piste Bleue ».


Lalalalalaaaaaa : air de musique, n’importe lequel, en fonction des goûts de chacun. Car les télésièges sont un haut lieu de la musique et nombreux sont ceux qui profitent de ce moment de répit pour pousser (plus ou moins justement) la chansonnette. Au palmarès des chansons de télésièges les plus reprises : « au soleil », de Jenifer, particulièrement reprise dès que le soleil pointe le bout de son rayon.


Météo : principal sujet de préoccupation et de conversation des skieurs. Les prévisions du temps vont influencer tout le séjour du skieur, la réussite de ses vacances et sa manière de s’habiller chaque matin. La réussite des vacances à la montagne se mesure à l’intensité de la marque de lunette sur le visage du skieur.


Neige : élément majeur de séjour de ski réussi. Sans neige, point de ski. Au mieux, la neige est « bonne » (terme utilisé dans un autre sens que lorsqu’il qualifie une jeune femme). Mais si la poudreuse reste la meilleure des neiges, la chute des températures et le passage de nombreux skieurs a tendance à transformer la neige en bouillasse marron, véritable cauchemard du skieur.


Œufs : remontées mécaniques qui doivent leur nom à leur forme ovoïdale. Avec les bennes (ou téléphériques), elles sont le seul transport des neiges qui permet d’être à l’abri de la neige, du vent et du froid.


Piste : pans de la montagne aménagés pour permettre la pratique du ski. Les pistes sont classées par couleur, de la plus facile (piste verte) à la plus difficile (piste noire). Par extension, on finit par dire « une verte », « une rouge », « une bleue » ou « une noire ».


Queue : regroupement de personnes pressées de prendre les remontées mécaniques pour accéder au plus vite au sommet des pistes. Comme dans le métro parisien, certains tentent de doubler ou de resquiller : beaucoup moins facile à faire lorsqu’on est habillé comme un bonhomme Michelin et qu’on a au pied des spatules d’un mètre cinquante, qui ne favorisent pas un déplacement souple et rapide.


Remontées mécaniques : regroupent tous les modes de transports permettant de remonter la pente et d’accéder au sommet des pistes. Les remontées mécaniques peuvent être des télésièges (cf définition), œufs (cf définition), téléphériques ou téléski. Le téléski, de plus en plus rare, est une perche difficile à attraper et à tenir à laquelle s’accroche le skieur comme il peut pour remonter la pente. Particulièrement compliqué lorsqu’on ne pèse pas très lourd, la perche ayant une facheuse tendance à partir sans vous.


Ski : longues spatules de métal permettant au skieur de glisser et de dévaler les pentes. Autrefois en bois, puis droits, les skis sont désormais paraboliques. Leur nouvelle forme arrondie au bout gêne le parallélisme des skis et contraint le skieur à remonter la pente après chaque virage.


Télésiège : siège mécanique permettant aux skieurs de remonter la pente. Le télésiège peut accueillir entre deux et huit personnes, selon les modèles et les stations. Certains sont même équipés de tapis roulants (pour faciliter l’installation du skieur), de sièges chauffants (pour faciliter le réchauffement du skieur) ou d’aimants géants (pour faciliter l’accrochage des enfants équipés d’un aimant dorsal et éviter leur chute).


Ultraviolet : radiations causées par le soleil. Souvent sous-estimées à la montagne, les UV sont souvent la cause de lésions des yeux et de la peau. Il est donc indispensable de porter des lunettes (ou un masque) et de porter une crème de protection solaire.


Vin chaud : boisson chaude à base de vin rouge et d’épices, consommée essentiellement en hiver dans les stations de ski, lors de la pratique du ski bar. La consommation d’alcool sur les pistes est particulièrement déconseillée, mais descendre une petite piste avec un verre de vin chaud dans le nez donne des sensations très intéressantes.


Whouhou !!! : cri de liberté, interjection lancée par le skieur parisien qui n’a pas vu les pistes depuis des mois et se sent grisé par la vitesse en descendant une piste particulièrement rapidement.


X (intersection de deux pistes) : panneau de signalisation prévenant que deux pistes se croisent ou que la piste traverse le trajet d’un téléski (également appelé tire-fesse). Permet d’éviter des collisions dangereuses.


Yéti : monstre légendaire qui vivrait dans l’Himalaya et, par extension, dans les montagnes. Ce terme peut également s’appliquer aux femmes qui, pour se protéger du froid, se laissent pousser les poils aux pattes pour profiter d’une fourrure naturelle.


Zig-zag : trace laissée dans la neige par le skieur qui pratique la godille, un enchaînement rapide de petits virages, rendu particulièrement difficile depuis l’arrivée des skis paraboliques.

Laisser un commentaire - Lire les 5 commentaires

Sur place

Vous êtes 12   personne(s) en ligne

Vous disiez ?

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés