Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 00:00

La grande nouveauté du moment à Londres (enfin, tout est relatif : ne vous emballez pas non plus !!!), c’est le nouveau terminal Eurostar qui va être mis en service le 14 novembre à la gare de St Pancras (celle qu'on voit dans le film Harry Potter : elle est superbe, style victorien, grande classe). Il faut dire que la partie réservée à l’Eurostar à la gare de Waterloo (morne plaine) est vraiment petite et assez peu confortable. Donc, depuis plus d’un an, Eurostar nous fait tout un baratin sur la nouvelle gare, qui va être trop belle etc… Je ne crois que ce que je vois, alors quand j’ai appris [au passage, merci Lucien pour le bon plan] qu’Eurostar cherchait des volontaires pour tester les contrôles de la nouvelle gare, je n’ai pas hésité longtemps !!!

C’était très simple : je me suis inscrite sur le site Internet pour participer aux tests le 31 octobre. Deux jours avant, j’ai donc reçu par la poste mon pass pour la journée (avec une belle ficelle jaune fluo, pour être repérable à tout instant), mes 3 faux billets de train (et quand j’aurais fait mes 3 « voyages », je recevrai un aller-retour gratis !!!) et mon free lunch voucher (mon bon pour la bouffe !!!!!).

 

Le jour J, mon premier train est à 13h00 : bon, je pars bien en avance, même si la nouvelle gare est maintenant à 15 minutes à peine de chez mois : quand je pense que j’ai failli ne pas arriver à cause d’HSBC (cf article du 5 novembre !) !!!

Me voilà à St Pancras : ça a l’air très beau… D’autres faux passagers sont là aussi, avec leurs faux bagages (jamais mon sac Lonchamp n’a été si léger !) et ont l’air de savoir où aller : je trouve qu’ils ont vraiment un sixième sens très développé, car il n’y a aucun panneau. Bon, je les suis. Le hall est immense, la salle des billets aussi, tout est très lumineux : ça a vraiment de la gueule (et ça change de Waterloo). Me voici devant les portillons où l’on passe les billets -d’ailleurs, on ne les introduit plus : on scanne le code barre et ça s’ouvre. Enfin, en théorie, puisque forcément, le mien ne s’ouvre pas. Bon, tout est normal : j’aurais été vraiment surprise que tout fonctionne [je rappelle, pour ceux qui l’auraient oublié, que je suis capable de casser un ordinateur rien qu’en le regardant]. Je vais voir un employé d’Eurostar, qui scanne le premier billet, puis le deuxième, puis le dernier : décidément, ça ne passe pas. Et c’est la que je remarque qu’il y a deux horaires sur le billet : l’heure de départ, et celle d’arrivée… Je commence à avoir très chaud : je réalise que j’ai confondu les deux et que j’ai Les Hommes pr�f�rent les blondesdonc raté les deux premiers « trains »… Bon, le mec me prend vraiment pour une idiote : je joue à fond sur mon côté « blonde – tête de linotte » et ça marche : il me dit qu’il va arranger ça (décidément, les hommes adorent avoir le rôle du sauveur de la jeune femme en détresse… Après avoir dû expliquer à 4 personnes différentes qu’à 26 25 ans, je ne sais toujours pas lire un billet de train, on me trouve deux billets pour le lendemain (il y avait un train que je n’avais pas raté, quand même : je ne suis donc étourdie qu’aux deux tiers !!!). Je n’avais pas forcément envie de revenir le jour d’après, mais j’avais vraiment besoin de cet aller-retour gratis, et sans les 3 voyages, pas de billet !!!

 

Je vais poireauter une heure à l’extérieur, le temps d’attendre que l’enregistrement de mon train ouvre (le temps passe beaucoup plus vite maintenant qu’il y a des téléphones portables). Ah, c’est l’heure : je scanne mon billet à la machine, et ça s’ouvre. J’entre ENFIN dans la zone de contrôle : très bonne surprise : il y a beaucoup plus de portillons et de scanners pour le contrôle des bagages, l’attente va donc être courte !!! Tout se fait très vite. Contrôle des passeports : on passe d’abord la douane britannique (ce qui n’était pas le cas avant) puis la douane française. Rapide, efficace. Et me voici dans le lounge (c’est comme ça qu’on appelle la salle d’attente aujourd’hui) : lui aussi est immense, beaucoup plus moderne que l’ancien (je n’aurais pas forcément choisi le violet comme couleur pour les banquettes, mais il y a énormément de place pour s’asseoir, et toujours cette sensation d’espace).

Mais ce qui vaut le coup d’œil, c’est l’arrivée sur le quai, avec cette immense verrière qui surplombe toute la gare : rien à dire, le nouveau terminal Eurostar a de la gueule…

Je monte dans le train (qui fera juste un petit tour avant de revenir à la gare), je remplis mon formulaire et suis la foule des volontaires qui rentrent chez eux après leurs trois voyages. Il faut rendre son badge : je demande à garder le mien car je dois revenir le lendemain faire mes deux autres voyages (qu’est ce que je ne ferais pas pour ces foutus billets gratuits). La responsable des badges (qui sont validés à chaque voyage, pour être bien sûr que tout le monde a fait ses trois tests) me répond alors que ça va être très compliqué et qu’on ne peut pas refaire de badge… En voyant mon air dépitée (je voyais mes billets gratuits s’envoler…), elle a eu pitié de moi : « allez, je vous scanne votre badge 2 fois, et c’est bon, pas besoin de revenir demain » Je l’adore. « Et puis, vous savez, plusieurs personnes se sont trompées en lisant les billets : ils ne sont vraiment pas clairs, il va falloir les modifier ». Je l’aime.

 

Donc, à partir du 14 novembre, Londres ne sera plus qu’à 2h15 de Paris et les trains arriveront dans cette gare superbe (inaugurée par the Queen en personne) en plein cœur de la capitale. Rien à dire : je suis conquise.

Partager cet article